Sociétés

De la complexité

NeoGeo-Online - jeu, 09/21/2017 - 09:21

Complexité est le mot qui m’a le plus marqué lors de la dernière conférence européenne INSPIRE (qui s’est tenue il y deux semaines à Strasbourg). Il a été prononcé de manière très fréquente que ce soit en séance plénière par des techniciens de la chose, par des responsables de grandes administrations publiques, par des élus ou que ce soit lors de présentations plus restreintes.

Je retiens 2 interventions totalement différentes et frappantes. La première par Bruce McCormack devant un relativement petit auditoire. Il présentait le résultat d’une petite enquête (à laquelle j’ai participé) lancée très peu de temps avant la conférence auprès d’un nombre très limité de personnes portant sur une analyse SWOT (forces, faiblesses, opportunités, menaces) de la directive européenne INSPIRE. Le terme qui ressort le plus de cette analyse est complexité (à ranger dans la catégorie faiblesses pour ceux d’entre vous qui auraient un doute). Une autre faiblesse récurrente accompagnait cette complexité : le manque de cas d’usage concrets. Situation classique d’un projet pour lequel des choix techniques ont été faits avant de connaître les besoins concrets (les besoins abstraits étaient plutôt clairs et sont toujours parfaitement d’actualité).

La seconde intervention a eu lieu en séance plénière au cours de présentations de retours d’expérience sur des projets réalisés en régions. La fin de séance a été l’occasion pour chaque intervenant de donner sa vision de l’évolution de la directive INSPIRE. Mário Caetano est revenu brièvement sur la complexité d’INSPIRE en saisissant une perche tendue par Fabrice Phung. Grosso modo, sa vision des choses était que le monde que nous décrivons, nous géomaticiens, et les problèmes que nous cherchons à résoudre sont complexes par nature et que les prendre en main nécessite de manipuler des données et des outils complexes. La complexité serait donc inéluctable. De quoi faire sérieusement réfléchir.

On trouve la complexité un peu partout. La vie, l’univers et langage par exemple sont complexes. Appréhender de manière frontale des problèmes complexes est une mauvaise idée. En général, pour résoudre des problèmes l’homme utilise des abstractions. Deux d’entre elles sont intéressantes : la simplification et la généralisation. La simplification consiste à ne retenir que certaines caractéristiques du phénomène observé en supposant que les perturbations non prises en compte dans ce modèle simple sont négligeables dans le cadre de l’étude. Exemple : tous les corps en chute libre tombent à la même vitesse… si l’on suppose que le champ gravitationnel est uniforme, si l’on fait abstraction de toutes les autres forces et si les corps en question sont lâchés en même temps et à la même vitesse… C’est simple et efficace : on gère la majorité des cas de la sorte tant que les besoins et les capacités de mesure ne deviennent pas incompatibles avec la précision du modèle.

Le problème en sciences c’est qu’il arrive toujours un moment où l’on constate que le modèle adopté jusqu’ici n’est plus adapté. Souvent, maintenir un modèle simple ne permet pas de prendre en compte tous les paramètres dont l’on a besoin. Lorsque l’on souhaite intégrer un plus grand nombre de phénomènes apparemment distincts dans un même modèle on procède à une généralisation. C’est le cas par exemple de la théorie de la gravitation universelle de Newton qui couvre à la fois les phénomènes de chute des corps décrits par Galilée et les déplacements des planètes. C’est aussi le cas de la théorie des cordes, chère à Sheldon Cooper, qui s’attache à prendre en compte dans un même modèle la mécanique quantique et la relativité générale. Ces généralisations ne procèdent pas du tout d’une simplification (sauf dans le cas de la généralisation cartographique mais c’est hors sujet ici). Elles visent à définir un modèle plus général capable de prendre en compte des phénomènes jusque là considérés comme étant à la marge par les outils préalablement disponibles. La généralisation apporte un niveau de complexité égal à tous les phénomènes qu’elle englobe avec cet effet de bord qui consiste à ajouter de la complexité là où il n’y en avait pas, peu ou moins. À force de généralisations on arrive donc à une complexité de plus en plus importante pour une plus-value qui ne s’exprimera, la plupart du temps, que dans des cas de plus en plus marginaux. Excellent article scientifique dénonçant la généralisation à outrance : la montre à moutarde (désolé si mon sarcasme a touché ceux parmi vous qui en ont acheté une).

La complexité n’est pas une mauvaise chose en soit. En particulier, elle permet de faire des avancées majeures en recherches théoriques qui pourront ensuite déboucher sur des applications plus courantes. Elle est simplement déplacée lorsqu’on nous l’impose, lorsqu’elle ne répond pas à l’un de nos besoins majeurs et lorsque nous ne sommes pas armés pour y faire face. Fixer quelque chose avec un clou est une opération relativement complexe en soi. Mais voilà, on peut acheter toute sorte de clous pour toute sorte de matériaux, choisir le marteau adapté et n’importe quel voisin digne de ce nom vous expliquera comment faire si vous avez des doutes. De surcroît, en général, vous ne devez pas fabriquer vos propres clous, ni votre marteau, vous ne devez pas lire 200 pages de spécifications avant de vous lancer, vous êtes la plupart du temps certains de l’utilité de planter un clou et dans le pire des cas, si vous avez affreusement mal aux doigts après le premier coup de marteau, vous savez pourquoi et êtes suffisamment malin pour comprendre d’où cela vient et comment ne pas le refaire au prochain coup.

Mais alors, qu’est-ce qui nous a pris avec GML, ISO19115/19139 et d’autres trucs dans le genre ? Pourquoi nous imposons-nous autant de souffrance ? Nous n’avons pas les outils pour écrire de tels fichiers ni, parfois, pour les lire ; nous avons toujours des doutes sur les informations censées être obligatoires à mettre dedans ; notre gentil voisin (celui avec les lunettes, qui est toujours plongé dans des livres bizarres et que l’on n’invite pas à nos fêtes) en a de plus en plus ras le bol de venir nous dépanner pour finir nos fiches de métadonnées (il faut dire qu’au bout de 10 ans nous n’avons toujours pas compris qu’il ne faut pas mettre à la fois une résolution et une échelle dans vos fiches) ; nous ne sommes même pas convaincus de la plus-value de ces formats par rapport à ce que nous utilisions avant. Je suis amer et sévère ? Parlons un peu des outils, tiens : un logiciel qui nécessite d’avoir le même niveau de compétence pour l’utiliser (pas pour le réparer, hein) que celui qui l’a conçu n’est pas vraiment un outil de mon point de vue.

Cela me fait penser au petit voisin qui a bravement surmonté l’épreuve des additions, puis celle des multiplications, et à qui il faut expliquer comment faire manuellement une division. Cela peut être un vrai calvaire pour certains, surtout quand il a conscience que n’importe quelle calculette fait le travail sans râler. C’est plus facile pour ceux qui ont le cerveau adapté aux maths, ceux qui ont des lunettes et qui voient l’intérêt de la chose (pas évident à cet âge). Voilà, la complexité est un facteur d’échec, voire d’abandon. Par voie de conséquence, c’est aussi une cause de sélection, volontaire ou non. Alors, dans la cadre d’un texte réglementaire qui doit être mis en œuvre de manière généralisée la complexité me semble être un excellent moyen de ne pas atteindre des objectifs et donc un bon moyen de programmer son propre échec (avec une admirable dose d’enthousiasme au départ ceci dit).

GML et ISO 19115 sont pour moi des exercices de style de généralisation des données et métadonnées pour prendre en compte n’importe quel besoin. Quelle est la plus-value d’utiliser un format qui permet de décrire un simple carré de plus d’une vingtaine de manières différentes (cf. GML Madness) ? Pourquoi codifier les informations de qualité et de généalogie dans des métadonnées en XML alors que ces informations ne sont pas exploitées de manière automatique par les moteurs de recherche, que ces informations sont difficilement exploitables par un humain normalement constitué ? La plus-value est-elle à la hauteur des efforts sans cesse renouvelés de développement, sensibilisation, formation, support technique sur ces formats, outils de saisie et de contrôle ? L’investissement réalisé par tous (les animateurs des démarches d’INSPIRE, les développeurs, les administrateurs, les producteurs et les utilisateurs) sur ces sujets techniques me paraît démesuré au regard de pratiques pragmatiques alternatives plus efficaces et appréciées : pour les métadonnées par exemple, un bon vieux Dublin Core avec quelques références à des documents lisibles par des humains pour les informations les plus complexes.

Oui, la complexité est partout dans notre monde. Elle est présente aussi en géomatique. Mais on n’est pas obligé de la subir et le meilleur moyen de la traiter est de la reporter soit dans des outils éprouvés qui savent la gérer (ce qui n’est pas franchement le cas dans la panoplie d’outils que nous utilisons) soit en la reportant dans des documents annexes en langage naturel que la plupart des géomaticiens savent lire et interpréter.

La complexité fait partie des mots que l’on utilise facilement sans trop savoir comment le définir. D’ailleurs, je ne m’y suis pas risqué. Je préfère rester dans le domaine de la perception. Personnellement, je situe la complexité dans le giron de la douleur. En général, la complexité est subie. Certains pervers la font subir aux autres ; ça arrive. Mais arrêtons de nous l’infliger nous-mêmes à grande échelle et par voie réglementaire qui plus est !

Catégories: Société

Voyage en Inspirie

NeoGeo-Online - lun, 09/18/2017 - 15:52

La semaine dernière j’ai posé mes valises en Inspirie. Un court séjour.

L’Inspirie est le fruit d’une utopie géniale : un mélange de libre échange, de partage, d’harmonisation. L’idée qui se cache derrière : sans produire plus, en limitant le gâchis, devenir collectivement plus riches et devenir plus efficace. L’évolution ultime de notre civilisation pour certains ou un projet de méga secte pour d’autres. Le voyage était tentant.

Préparation

Je m’étais préparé de longue date : téléchargement de guides, téléchargement d’applications, de données, consultation de la réglementation locale, nombreux échanges avec sa diaspora. Bref, cela faisait plus de dix ans que je préparais ce voyage (l’Inspirie fête ses dix ans). J’étais prêt. Il faut dire que j’avais l’impression de maitriser la langue et les pratiques locales. Néanmoins, j’appréhendais. Il faut bien dire que la variabilité des retours sur cette contrée mythique étaient très déroutants. Vous comprendrez bien que le commercial de votre agence de voyage spécialisée en activités extrêmes et le touriste rapatrié en urgence n’utilisent pas le même vocabulaire pour décrire cette contrée. Pas facile de se faire une idée précise de ce pays. Une chose étais sûre : il ne laissait pas indifférent ses visiteurs.

Toujours est-il que j’y ai mis les pieds, mon guide du routard en poche (ses annexes et ses « technical guidances » dans le sac à dos). Curieux, avide de découvrir des cultures et paysages étranges, et cherchant à relever de nouveaux défis cette destination était inévitable.

Devise

Première étape : les devises. Mieux vaut être prévenu : l’Inspirie n’est pas en zone Shapefile, ni en zone GeoJSON. Vous devez vous rendre dans un bureau de change (en général c’est une enseigne HALE) pour convertir vos fichiers à plat et vos tables en GML. Attention, prévoyez un gros porte-monnaie car la monnaie locale est plus encombrante.

Les Inspiriens ont une relation très étrange avec cette monnaie. Les échanges commerciaux doivent utiliser le GML. Rien de vous empêche de posséder des devises (Shapefile, GeoJSON, TAB…). Mais uniquement pour votre usage personnel. Autant dire qu’elles n’ont aucune valeur dans ces conditions (à part les contempler et les montrer à vos proches). Plus étonnant encore, vous avez le droit de faire des copies parfaites de GML. Vous pouvez aussi les diviser ou les coller ensemble. En fait, chaque coupure de GML est numérotée et c’est uniquement ce numéro qui compte. Photocopier des GML ne vous rend donc pas plus riche (contrairement à ce que l’on connaît chez nous avec les Shapefiles). C’est aussi pour cette raison que les Inspiriens les laissent en permanence à la banque alors que chez nous on les accumule sous des matelas. Cela se comprend. Une faillite de nos banques est vite arrivée faute d’échanges financiers entre banques. En Inspirie, les banques se soutiennent les unes et les autres. On peut changer de banque sans formalité et nos biens sont disponibles dans n’importe quelle banque en toute transparence et sans frais.

Faune

Mais bon, si l’on va en Inspirie, ce n’est pas pour sa monnaie. C’est plutôt pour sa faune. Le pays entier est une sorte de parc naturel dans lequel on peut facilement observer des ouebservices. Animaux grégaires, sociables et capricieux. Certains sont très spectaculaires et se laissent approchés alors que d’autres se cachent. Certains peuvent se domestiquer. Certains peuvent être effrayants sans pour autant être dangereux.

La plupart d’entre eux ont une utilité pour l’homme (même s’ils se montrent pas toujours au grand jour). Il faut dire qu’ils sont le fruit d’expériences de généticiens. Certaines d’entre elles semblent avoir mal tourné. [On raconte qu’au départ les premiers ouebservices wéhaifesse avaient tendances à produire des KKML. Un généticien fou aurait réussi à faire en sorte qu’il en sorte du GML à la place. Difficile d’y croire. Sans doute une blague pour se moquer de ces savants fous.] L’utilité des ouebservices dans l’ensemble ne fait pas de doute. Néanmoins, les spécialistes ne sont pas d’accord sur la manière de les nourrir, de les faire se reproduire ou de les exploiter. Ce sont des animaux complexes et très récents. Il est donc légitime que les connaissances qui les concernent fassent débat (même chez leurs créateurs). L’utilité de certains est encore inconnue ou spéculative (la branche des ouebservices invokus). D’autres auraient une utilité évidente dans nos contrées et pourtant sont complètement délaissés en Inspirie : les ouebservices téjihaisse. Ces derniers sont trop rares par chez nous. On se demande si cette espèce n’est pas en train de disparaitre. Il faudrait sans doute qu’elle évolue pour survivre. [Il semblerait que des généticiens soient sur l’affaire]

Beaucoup de touristes veulent adopter un ou plusieurs ouebservices à la suite d’une visite en Inspirie. Malheureusement, s’en occuper nécessite bien souvent des compétences très pointues. De plus leur adaptation à un nouveau régime alimentaire est difficile. Sans parler de leur caractère ; ils ne sont jamais violents mais leurs caprices nécessitent beaucoup de patience. Il n’est pas rare que leurs propriétaires peu expérimentés les abandonnent. Il faut savoir qu’il est aussi possible de mettre ses ouebservices en pension. Ainsi vous pouvez en profiter tout en confiant leurs soins quotidiens à des spécialistes.

Ambiance locale

La population locale, ses mœurs et coutumes laissent une impression étrange :

– un enthousiasme phénoménal de la population dans une ambiance de messages positivistes placardés sur tous les murs par le gouvernement local. Etonnant ce pays où les autochtones donnent l’impression d’être plus heureux que les touristes. Réalité ou subversion ?

– un mélange de liberté totale et de règles de bonnes conduites très complexes. Comment expliquer que l’on a l’impression permanente que la police locale risque de vous tomber dessus (alors que l’on ne la voie jamais) ? Un exemple que presque tous les touristes dans ce pays ont connu au moins une fois : on sort machinalement de son porte-monnaie un billet de Shapefile (que l’on a oublié de convertir au bureau de change) pour se payer un petit souvenir ; le commerçant nous regarde gentiment, hésite un peu avant de le prendre et pendant cette hésitation on se demande s’il va l’accepter ou s’il va appeler la police pour fabrication, recel et usage de fausse-monnaie. La recette pour régler ce moment de gêne bilatéral : on lui explique avec une dose assumée de mauvaise foi que l’on est nouveau et que l’on n’a pas encore assimilé toutes les usages du pays.

– une population locale très peu nombreuse (comparée à celle des touristes qui traversent sans cesse le pays). Elle semble vouloir accueillir le reste du monde à bras ouverts. De fait, on croise plus touristes que d’autochtones. Les premiers demandant en permanence aux seconds de leur expliquer, réexpliquer, réexpliquer, réexpliquer les bons usages locaux (on croit les avoir compris la première fois mais dès qu’on essaie de les mettre en œuvre le doute vous submerge inévitablement). Effectivement, quand on est chez soi on a facilement l’impression que les choses simples sont faites partout de la même manière. Les choses simples devraient être universelles en somme. Mais cette vision des choses n’est plus aussi évidente dès que l’on traverse la frontière (ou même simplement en lisant les guides touristiques).

Evolution

De l’avis général des touristes, le pays a besoin d’être réformé s’il veut continuer à exister (pas uniquement dans le domaine touristique). La complexité des usages et pratiques locales est un défi souvent bien trop important pour ceux qui n’y sont pas nés. Visiblement, ses dirigeants en ont conscience et promettent des changements.

Nous verrons si cette destination tiendra ses promesses.

Catégories: Société

Plus de produits dans l'AEC Collection

Geospatial France - ven, 09/08/2017 - 15:54

Au cas où vous auriez raté l’information, de nouveaux logiciels sont ajoutés à l’AEC Collection à compter du 7 septembre 2017, permettant ainsi de nouveaux workflows.

Plutôt que de tout vous détailler, je préfère vous renvoyer vers :

- Village BIM
- Civil Made In France

Catégories: Société
S'abonner à OSGeo-fr agrégateur - Société